Scott Ross et le clavecin du château d’Assas


De son premier récital en 1969 au château d’Assas sur le clavecin historique de son amie et protectrice Simone Demangel à sa disparition prématurée en 1989, le chemin parcouru par le natif de Pittsburg Scott Ross, fut aussi extraordinaire que fulgurant.

Arrivé en France d’une Amérique en pleine explosion musicale – l’apogée du « Cool » Jazz vient de céder place au bouillant riffs rythmés du rock and roll- le brillant jeune élève pianiste s’installe à Nice où il intègre le Conservatoire, son intérêt se portant rapidement vers le clavecin enseigné par Huguette Grémy-Chauliac.

Il éblouit par sa virtuosité la chanteuse Christine Demangel qui le fait venir au château pour y découvrir le clavecin XVIIIe dont sa mère, Simone Demangel, vient de faire l’acquisition. 



Le décor est planté. La rencontre avec Simone Demangel, mélomane philanthrope passionnée de culture, est déterminante. Elle invite le jeune américain à s’installer chez elle. Il se consacrer à son travail sur cet instrument unique et développe une lecture nouvelle de la musique ancienne.

Il concourt au Grand Prix de Bruges et en sera le premier lauréat à 20 ans. Il est ensuite rapidement et unanimement reconnu comme le claveciniste majeur de sa génération. 

Déjà présent sur les plus grandes scènes internationales, il crée au château avec ses hôtes Simone Demangel et Max Boulignier, l’Académie de Musique Ancienne en Occitanie. Il mène de front une carrière d’enseignant et musicologue à l’université Laval de Québec. Son point d’attache reste cependant le château d’Assas où il revient dès la fin du printemps se ressourcer et y enseigner.

Très attaché à Simone Demangel et sa famille, Scott Ross associe son œuvre et son nom à Assas où il a de nombreux amis. Les dernières années de sa vie, il s’installera dans une petite maison au pied du château auprès de ses orchidées et de ses chats. 

Sa discographie monumentale est en majeure partie réalisée sur le clavecin du château : les intégrales de Scarlatti, Rameau et Couperin chez STIL, puis la colossale intégrale des 555 sonates Scarlatti chez Erato. Constamment réédités, toujours recherchés du public et largement diffusés ces enregistrements sont la référence et le soutien indispensables des étudiants du monde entier.

Scott Ross meurt le 13 juin 1989 à Assas.  Le journal Le Monde salue en première page « le virtuose ailé, plus grand claveciniste du monde ».