Le Château et son histoire

Nom glorieux de notre histoire militaire –rendu célèbre par la mort héroïque du Chevalier d’Assas qui permit la victoire de l’armée française à Clostercamp en 1760, à juste titre honoré dans la France entière–, le château, classé Monument Historique en 1937, fut bâti au XVIIIe siècle sur une colline d’occupation très ancienne. 

Un château fort, dominant le village fortifié, s’y éleva sur des vestiges antérieurs jusqu’à la construction de la demeure actuelle, par un notable de Montpellier, qui fit appel à l’architecte Jean-Antoine Giral. 

Épargné par la Révolution, non sans dommages toutefois, le château fut la propriété d’une famille tout au long du 19e siècle. Dans les années 1920, l’architecte urbaniste Patrick Geddes en fit un centre international d’études, puis il fut occupé et dégradé pendant la Deuxième Guerre mondiale. 

En 1949, il devint propriété de l’archéologue Robert Demangel, professeur à l’Université de Montpellier, puis Directeur de l’École Française d’Athènes (1936-1950), et de son épouse Simone-Thérèse, qui s’était engagée durant l’occupation dans les réseaux de la Résistance et fut très impliquée notamment dans la protection de familles persécutées. 

En 1965, Simone Demangel fît l’acquisition d’un exceptionnel clavecin XVIIIe qui attira le jeune claveciniste américain Scott Ross. Dès 1967, il vécut au château auprès de sa protectrice, qui créa pour lui l’Académie de Musique Ancienne en Occitane et lui permit d’enregistrer sur l’instrument les intégrales de Couperin, de Rameau et une  grande partie des 555 sonates de Scarlatti.

Jacques Rivette y tourna « La belle Noiseuse » en 1990, primé à Cannes en 1991,  l’année où fut également tourné « Le Retour de Casanova », par Édouard Niermans. 

La famille Demangel s’efforce d’entretenir et de restaurer le château malgré de faibles moyens, sans subventions publiques depuis 1986, et de le faire vivre en l’ouvrant au public pour des visites et  des événements culturels, tel le festival Scott Ross ou les Journées du Patrimoine.